Blog santé harmonieuse
Murielle Morel

Entretien avec Guy Monjo – quatrième partie

Lorsque vous prenez en charge un patient, votre action thérapeutique agit-elle sur son comportement ?

L’objectif de la médecine chinoise, c’est le bien-être de l’individu. Face à un patient, si je sens chez lui du point de vue énergétique, un flux désordonné, je n’ai pas besoin de l’interroger sur la façon dont sa maison est rangée. Souvent, d’elle même, la personne me confirmera que tout est en désordre chez elle. Il y a donc simultanément un désordre interne qui génère extérieurement du désordre. Parallèlement à mon intervention thérapeutique, je suggère à la personne de s’attaquer progressivement à ranger ses placards, l’un après l’autre. Cette action extérieure accompagne une évolution dans l’état intérieur du patient.

Je prête aussi attention à la façon dont le patient évolue dans ses relations avec son entourage et son environnement. La déprime a souvent comme effet de réduire le champ des relations humaines ; pendant la période de soin, si la personne revoit des personnes qui s’étaient un peu éloignées, je prends cela comme un indicateur que l’état s’est amélioré.

Propos recueillis par Philippe Taverny